Le vaudou : dissipation des mythes

Quand on entend le mot vaudou, c’est souvent dans un sens négatif, voire péjoratif. On y joint facilement le mal, le diable, la magie noire et autres représentations maléfiques. Détrompez-vous. Vous vous dites sûrement à ce moment précis : mais qu’est-ce que le vaudou alors, si ce n’est cette sorte de sorcellerie malfaisante qui tire son pouvoir de l’ésotérisme ?

En fait, ce terme cache une toute autre réalité qui trouve ses racines dans l’histoire de l’Homme. Explorons ensemble ce monde qui échappe à sa propre réalité…

Le vaudou dans la culture populaire

poupée vaudou

Il ne vous est pas nécessaire de chercher bien loin pour trouver des références au vaudou dans la culture populaire, en particulier dans le monde occidental.

Les films de zombies, bien sûr, tirent leur représentation des racines lointaines du vaudou haïtien. Aussi, les magasins de fantaisies vendent des poupées percées d’épingles pour cibler une personne en particulier. Cela peut se destiner à votre ancien amour ou à votre patron qui vous mène la vie dure.

Même les jeux vidéo ont leurs propres marqueurs vaudou. Par exemple, le très populaire World of Warcraft possède ses propres sorciers vaudou Hakkari de Zul’Gurub. 

Beaucoup de gens mentionneraient ces représentations si on leur demandait de décrire le vaudou. Certaines personnes (et même vous peut-être) parleraient également de possession spirituelle et de sacrifice animal. Nombreux d’entre vous pourraient également faire référence à un endroit spécifique :

  • Les îles des Caraïbes, comme Haïti et la Jamaïque.
  • Le sud-est des États-Unis, en particulier la Nouvelle-Orléans.
  • Le delta du Mississippi. 

Mais en réalité, le vaudou n’est-il que cela ? 

Qu’est-ce que le vaudou ?

Le vaudou est une religion monothéiste souvent mal comprise par notre époque. Commun en Haïti et à La Nouvelle-Orléans, le vaudou fusionne les croyances catholiques et africaines. Cela forme un ensemble unique de pratiques comprenant des rituels, des dieux, des objets spécifiques (poupée vaudou) et des dessins symboliques.

Cependant, comme pour toute religion, les adeptes du vaudou ne peuvent pas être regroupés dans une seule catégorie. Il existe également de nombreuses idées fausses, qui sont tout aussi importantes à comprendre.

Comprendre le vaudouisme

Vodou est également connu sous le nom de Vodoun, Voodoo et par plusieurs autres variantes. C’est une religion syncrétique qui mélange différentes influences. Elle combine le christianisme vaudoo et les croyances africaines indigènes. Ces dernières sont en particulier issues des peuples de la région du Dahomey en Afrique de l’Ouest (la nation moderne du Bénin).

Il faut savoir que le vaudouisme est principalement pratiqué en Haïti, à La Nouvelle-Orléans et ailleurs dans les Caraïbes. Cette religion a commencé son expansion lorsque les esclaves africains ont véhiculé leurs traditions autochtones avec eux alors qu’ils étaient transportés vers le continent américain. 

les poupées vaudou

Cependant, il leur était interdit de pratiquer leur religion. Pour contourner ces restrictions, les esclaves ont commencé à assimiler leurs dieux aux saints catholiques. Ils effectuèrent leurs rituels en utilisant des objets et des images de l’Église catholique.

Si un pratiquant du vaudouisme se considère comme chrétien, il déclare généralement être un  chrétien catholique. Et c’est pour cela que de nombreux adeptes de vaudou se définissent comme catholiques. 

Plus encore, certains voient les saints et les esprits comme étant une seule et même personne. D’autres soutiennent qu’habits et accessoires catholiques sont avant tout une question d’apparence. 

Idées fausses sur le vaudou

La culture populaire a fortement associé le vaudou au culte du diable, à la torture, au cannibalisme et aux opérations malveillantes. C’est en grande partie le produit d’Hollywood couplé à de fausses déclarations et de nombreux malentendus liés au culte et à la religion vaudou.

Les germes de ces idées fausses ont commencé beaucoup plus tôt que tout ce qui a été vu dans les films américains. En effet, un incident bien connu datant de 1791 à Bois-Caïman (en Haïti)  a marqué un moment crucial dans le soulèvement d’esclaves haïtiens. Les détails et l’intention exacts de cette réunion font encore l’objet d’un débat historique.

On pense que des témoins non adeptes ont assisté à une cérémonie vaudou et ont pensé que les participants faisaient une sorte de pacte avec le diable via la magie noire pour contrecarrer leurs ravisseurs. Certaines personnes, en parlant du tremblement de terre dévastateur de 2010, ont affirmé que ce pacte avait perpétuellement maudit le peuple haïtien. 

rituel vaudou

Par ailleurs, il faut que vous sachiez que dans les régions influencées par le vaudou comme Haïti, l’esclavage était très agressif. Les révoltes des esclaves étaient tout aussi brutales. 

Tout cela a conduit les colons blancs à associer la religion vaudou à la violence. Cela a égaelement contribué à alimenter de nombreuses rumeurs non fondées sur les Vodouisants.

Malgré leur prédominance dans l’esprit de la plupart des gens, nombre de ces stéréotypes n’ont rien à voir avec la religion vaudou. Alors que d’autres idées  reçues ne sont liés que de manière indirecte.

Croyances de base dans le vaudou

Le vaudou est une  religion monothéiste. Les adeptes du Vaudou (connus sous le nom de Vodouisants) croient en une seule divinité suprême qui peut être assimilée au Dieu catholique. Cette divinité est connue sous le nom de Bondye, qui veut dire « le Bon Dieu ».

En effet, selon la tradition vaudou, il existe un dieu suprême, connu sous différents noms dans différentes parties du monde. Et c’est en Haïti qu’on l’appelle Bondye. Cependant, quel que soit le nom utilisé par les partisans du vaudouisme, le dieu principal est immensément puissant et hors de portée des adeptes ordinaires. Pour cette raison, les pratiquants du vaudou doivent compter sur des centaines ou des milliers d’autres esprits pour communiquer avec leur dieu.

La hiérarchie divine au sein du vaudou

Les anthropologues qui écrivent sur le vaudou africain les appellent souvent esprits vaudou. Ces êtres existent dans une certaine hiérarchie. Il y en a des importants et puissants, dont beaucoup ont leurs propres célébrations. Il y a aussi des moins puisssants, dits mineurs, qui jouent divers rôles dans différentes régions. Les communautés et même les familles ont leurs propres esprits. Ces entités reçoivent leur pouvoir de Dieu et communiquent avec lui au nom des disciples.

Ainsi, les Vodouisants acceptent également l’existence de ces êtres inférieurs qu’ils appellent Loa (ou Lwa). Ceux-ci sont plus intimement impliqués dans la vie de tous les jours que Bondye. Car ce dernier est une figure éloignée, transcendante et inatteignable. Concernant les Lwas, ils se divisent en trois familles distinctes : Rada, Petro et Congo.

dieux vaudou

La relation entre les humains et Lwas est réciproque. Les croyants fournissent de la nourriture et d’autres articles qui font appel aux Lwas en échange de leur aide. 

Les croyants invitent fréquemment ces êtres à les posséder durant un rituel afin qu’ils puissent interagir directement avec la communauté. 

Autre fait important : le lieu où résident ces entités s’appelle Vilokan. Cet endroit représente autant la maison des Lwas que des défunts. Il est communément décrit comme étant une île submergée et boisée, gardé par le Lwa Legba, qui doit être apaisé avant que les pratiquants puissent parler à tout autre résident de Vilokan.

Rituels et pratiques vaudouiques

Il est important de savoir qu’il n’y a pas de dogme standardisé dans le vaudou. Par exemple, deux temples dans la même ville peuvent enseigner des mythologies différentes et faire appel aux Lwas de diverses manières.

En tant que telles, les informations fournies dans les comptes-rendus du vaudou ne peuvent pas toujours refléter les croyances de tous les adeptes. Par exemple, les Lwas sont parfois associés à différentes familles, saints catholiques ou vévés (symboles et dessins vaudou). Voici quelques variantes de rituels courants :

Le sacrifice d’animaux

Lors d’un rituel vaudou, on peut sacrifier une variété d’animaux, et ce, selon le Lwa invoqué. Il fournit une nourriture spirituelle aux Lwa, tandis que les participants préparent et mange la chair de l’animal.

Les rituels de vévés

Ils impliquent généralement le dessin de certains symboles connus sous le nom de vévés avec de la semoule de maïs ou une autre poudre. Chaque Lwa a son propre emblème et certains on associe plusieurs figures à certains d’entre eux.

Les poupées vaudou

La perception commune des Vodouisants qui enfoncent des épingles dans les poupées vaudou ne reflète pas le vaudou traditionnel. Cependant, les Vodouisants dédient des poupées à des Lwas particuliers et les utilisent pour en attirer l’influence.

Ainsi, selon la tradition vaudou, les humains entrent en communication avec les Loas de manière très ritualisée. Les Loas sont capricieux. Ils ne seront utiles que si l’on entre en contact avec eux correctement par l’élaboration de différents rituels. Le service vaudou a lieu dans le oúfo (temple vaudou). Un hougan (prêtre) ou un mambo (prêtresse) doit officier ce rituel. 

Les adeptes du vaudou attribuent les maladies et les morts à la colère des ancêtres en fureur. Et c’est bien pour cela qu’on accorde une importance considérable au rituel et à la cérémonie d’apaisement. Ce rituel vaudou comprend plusieurs éléments, notamment la musique, la danse, l’offrande de nourriture et les sacrifices d’animaux.

En outre, comme en magie wiccane, il est à noter que pendant les cérémonies et les célébrations, les adeptes du vaudou demandent aux esprits conseils, protection ou assistance. Cependant, le processus est réciproque. En effet, les adeptes doivent s’occuper du Loa en exécutant des rituels qui prennent parfois la forme de sacrifices d’animaux ou de diverses danses. D’autres rituels, aussi différents les uns des autres que codifiés, permettent aux adeptes de remercier les esprits pour leur protection, leurs bénédictions ou leur bonne fortune. Aussi, pour maintenir une bonne relation avec le Loa, les adeptes doivent se conduire correctement selon les coutumes de la communauté. De cette manière, la pratique du vaudou peut influencer les décisions et les activités quotidiennes d’une personne.

Prise de contrôle : la possession

Une partie de la croyance vaudou est que le Loa communique avec ses adeptes par la possession. Il déplace temporairement l’âme de son hôte (appelé médium) et prend le contrôle du corps de ce dernier. Selon cette croyance, le médium ne peut pas ressentir de douleur ou se blesser lorsqu’il est possédéLe Loa parle à travers cet intermédiaire, donnant souvent des instructions, des conseils ou des prophéties d’évènements futurs. Parfois, un Loa reproche à ses adeptes de ne pas s’acquitter de leurs devoirs envers lui, leur famille ou leur communauté. Par ailleurs, dans certaines traditions vaudou, quelques personnes choisies ont le privilège de devenir possédées. Dans d’autres, le Loa peut choisir de posséder n’importe qui et à tout moment.

Cette idée que des esprits puissants ou influents peuvent posséder des gens, unit deux formes distinctes de vaudou. 

  • L’un existe principalement dans les parties nord et centrale de la côte ouest-africaine.
  • L’autre est pratiqué principalement en Haïti, ainsi que dans certaines régions d’Amérique du Nord et du Sud.  
cérémonie vaudou

Par exemple, les rituels des Lwas Rada et Petro utilisent à la fois la magie blanche défensive et offensive et peuvent aider à obtenir justice pour quelqu’un qui a été lésé.

Le rituel de possession, qui apparaît dans le rituel Petro, constitue le moyen le plus important de relier les esprits ou les ancêtres aux êtres humains. Ce qui est appelé « Une crise de possession » apparaît lorsque le pratiquant vaudou est en situation de mariage avec un Loa et devient son « cheval ».

La personne possédée souffre d’amnésie, qui s’explique par le fait que nul ne peut être à la fois dieu et humain. Cette crise de possession apparaît généralement dans une cérémonie appelée Manger-Loa et constitue l’événement majeur de la cérémonie vaudou.

Explication et révélation de la religion vaudou au monde 

Ainsi, les livres qui explorent la religion vaudou le font souvent à travers une série d’histoires ou d’anecdotes au lieu d’une analyse. À cela, il existe plusieurs raisons. En voici quelques-unes :

  • Le vaudou est une tradition orale sans texte sacré primaire, livre de prières ou ensemble de rituels et de croyances. Les pratiques vaudou, les noms des dieux et autres traits peuvent varier considérablement d’une région à une autre.
  • La religion utilise une multitude de rituels et d’observations qui affectent la vie quotidienne des adeptes, rendant impossible une simple liste d’observations.
  • À bien des égards, le vaudou est une religion personnelle. Les adeptes ont des expériences directes avec les esprits et Loa, et ces expériences peuvent être radicalement différentes d’un endroit à l’autre et d’une personne à l’autre.

La conceptualisation vaudou du monde implique la croyance en la continuité entre la vie et la mort. Dans le vaudou, on perçoit la mort comme une régénération de toute la société si l’on execute correctement les différents rituels et les services funéraires. En outre, une importance considérable est accordée aux morts et à l’entretien régulier de la tombe. Ainsi le culte du vaudou réussit à parvenir à une réconciliation entre le monde des vivants et le monde des morts.

Pour avoir une idée de l‘origine du vaudouisme et de son fonctionnement, nous explorerons l’histoire de la religion, ses symboles et ses coutumes dans d’autres articles. 

Pin It on Pinterest

Share This